Le Randonneur

Le coin des livres

Les lectures recommandées par les Amis du Randonneur

Raymond Henry publie

Charles Antonin, cyclotouriste aux multiples facettes

Après nous avoir éclairé pendant 974 pages sur l’histoire du cyclotourisme entre 1865 et 2016 (cf Le Randonneur n° 67 d’avril 2018), Raymond nous livre aujourd’hui la biographie de celui qui fut président de la Fédération française de cyclotourisme de l’après-guerre, photographe émérite et cyclotouriste pratiquant et convaincu.

Comme l’indique le titre de cet ouvrage, la personnalité de Charles Antonin, ainsi que son action au sein du mouvement cyclotouristique, méritait bien une étude approfondie pour que chacun, selon le vœu de Raymond Henry, puisse se faire une idée précise sur le personnage, parfois controversé mais longtemps honoré à travers le prix photo-littéraire de la FFV, récemment devenu prix Pierre Roques..

S’appuyant sur des documents d’époque et notamment une riche correspondance patiemment recueilli par l’auteur, abondamment illustrée, en particulier des photos même de Charles Antonin, cette étude captivera les amateurs d’histoire cylotouristique, amateurs qui ne manqueront pas de remarquer quelques similitudes entre cette période troublée d’après-guerre et celle actuelle, au cours de laquelle le mouvement cyclotouriste fédéral semble de nouveau en quête d’identité.

Charles Antonin, cyclotouriste aux multiples facettes

2019 – 96 pages – 15 € + frais de port

Édité par la Fédération française de cyclotourisme

Charles Antonin

Jean-Yves MOUNIER

La bibliothèque du Randonneur

Logo bibliothèque


Dans la bibliothèque du Randonneur n° 70 de mai 2019, vous pourrez découvrir :

  • Gérald WAIRY, La France en diagonale ; quand un engin destiné aux salles de sport devient un moyen de locomotion apte à découvrir la France profonde, de Menton à Rospoder. Une manière originale de voyager, en vélo-stepper muni d’une remorque, et un récit délicat au plus près de notre pays.

  • Yves CHALOIN, Nectar de voyage ; sept voyages à vélo à travers le monde résumés dans un carnet graphique qui va à l’essentiel pour extraire la substantifique moëlle du voyage. Humour et second degré sont convoqués dans ces pages qui se lisent avec gourmandise et donnent envie d’en apprendre plus sur l’auteur et sa compagne, elle aussi grande voyageuse.

  • Paul DE VIVIE, Vers la Méditerranée ; la mise à disposition du plus grand nombre d’un récit de voyage de Vélocio est à saluer, particulièrement quand ce texte est de qualité et permet d’en apprendre plus sur l’Apôtre du cyclotourisme. Souhaitons que cette initiative de Laurent Vigniel soit suivie de nombreuses autres !

  • Vincent Hanrion, Cinécyclo Tour Sénégal ; pédaler sur un vélo cargo muni d’une lourde caisse de 35 kg contenant tout le matériel de projection et de production d’électricité ; partir dans les villages les plus improbables du pays et offrir aux habitants un spectacle unique au cours duquel il leur faudra pédaler. Une initiative généreuse et enrichissante qui ne néglige pas la réflexion sur l’aide humanitaire et l’investissement des populations.


Vous voulez en savoir plus ?
Abonnez-vous et découvrez les chroniques complètes de ces livres
et beaucoup d’autres choses dans les pages du Randonneur.

Jean-Yves MOUNIER

Paul Fabre publie

La Cançon de la Crosada

La Cançon de la Crosada
de Guillaume de Tudèle
(Texte, traduction et notes)

de Paul Fabre

La Chanson de la Croisade albigeoise de Guillaume de Tudèle raconte en 131 laisses et 2772 vers les événements qui ont martyrisé l’Occitanie entre 1208 et 1213, du meurtre du légat du pape Pierre de Castelnau aux préparatifs de l’entrée en guerre de Pierre II d’Aragon, en passant par le sac de Béziers, les sièges de Lavaur, de Minerve et de Termes, et l’avancée des croisés à travers tout le Languedoc.

Le texte médiéval du poème a été transcrit par Paul FABRE en graphie occitane moderne, celle de l’Institut d’Études occitanes. Ce travail difficile permettra sans doute aux occitanophones de reconnaître en partie leur propre langue dans le texte ancien (les notes permettront d’aider cette reconnaissance). Le lecteur français découvrira une langue, pour lui sans doute inconnue, mais qui fut en son temps la première langue d’Europe.

Pour qui lira la Chanson de la Croisade albigeoise, Béziers et Lavaur ne pourront plus être seulement des noms de villes, la Madeleine et Termes ne pourront plus être seulement les noms d’une église et d’un château, et les comtes de Toulouse ne pourront plus être de simples noms de seigneurs. Impossible, quels que soient ses atermoiements et ses erreurs, de faire de Raimond VI un quelconque bon roi Dagobert, impossible de faire coïncider Simon de Montfort avec le comte conquérant de nos livres d’histoire…

*

Paul FABRE, est agrégé de l’Université, docteur ès-Lettres, et professeur émérite de l’Université Paul Valéry. Il a été vice-président de l’Institut d’Études occitanes, président du Centre d’Études occitanes de Montpellier III, et pendant dix-neuf ans rédacteur de la Revue des Langues romanes. Secrétaire général de Défense et Promotion des langues de France sous la présidence d’André Chamson, il a fait partie de la Commission ministérielle mixte pour l’enseignement des langues régionales. Il a publié dix ouvrages qui intéressent l’occitan et l’Occitanie dans des domaines différents : littérature médiévale, poésie, toponymie, roman, fables…

Il publie ici le onzième, une édition de la Chanson de la Croisade albigeoise de Guillaume de Tudèle, grâce à Gilbert Jaccon, qu’on ne remerciera jamais assez pour avoir accepté cette aventure éditoriale et mené à bien cette entreprise. Ce travail est pour son auteur le remboursement d’une partie de la dette qu’il a envers son pays, le Languedoc.

La Cançon de la Crosada de Guillaume de Tudèle
2019 – 290 pages (2 cartes) – 16 € (deux euros sont prélevés sur chaque exemplaire vendu et sont intégralement reversés aux restaurants du cœur).

Commander à Gilbert Jaccon.

Mon TOP 5 des récits de voyage à bicyclette 2018

Cette année, Hervé Le Cahain a recensé quarante-sept récits de voyage et même avec son aide et celle de Philippe, le troisième compère de Biblio-cycles, il a été impossible de les lire tous. Pour certains, la simple lecture de la quatrième de couverture ou des extraits publiés sur la toile, était rédhibitoire, pour d’autres, la difficulté de se les procurer les privait d’une meilleure audience.

Toujours est-il que la sélection ci-dessous, présentée par ordre alphabétique, partielle et partiale, sera sans contexte une source de joie et d’évasion pour qui prendra le temps de s’y plonger, un plaisir raffiné comme le livre papier sait encore en offrir.

Jean-Yves Mounier

Alice Baude

Dialogue avec les nuages.

200 pages, 18 €, Éditions Racaille.

Sous-titré « Balade cycliste en Irlande », ce récit, à la croisée du récit de voyage, à l’ambition plutôt littéraire, et du journal de route, recueil d’émotions quotidiennes et spontanées, est une formidable ode à la bicyclette, rédigé avec une délicatesse et une joie de vivre communicatives. Il nous propose un portrait tout en finesse, par petites touches créatives et sensibles, de la côte ouest irlandaise.

« Faire du paysage une poésie », tel est le projet d’Alice, projet qui va se traduire par peintures, dessins et poèmes – lesquels font l’objet d’une édition indépendante – et, naturellement, une narration de grande qualité pour rendre « les sensations du paysage », « siroter avec lenteur le bonheur d’exister » et vivre la difficulté pour mieux appércier la facilité de certaines rencontres, de moments plus apaisés.

Dialogue avec les nuages

Anecdotes plein les sacoches

Aurélia BRIVET

Anecdotes plein les sacoches ou Comment j’ai rejoint l’Islande en solitaire avec le vélo de ma grand-mère.

240 pages, 35 €, auto-édition disponible sur le site de l’auteure.

L’avertissement encadré sur la deuxième de couverture résume à lui seul la teneur de cet étonnant OPNI, objet publié non identifié… « Attention avant lecture de ce livre : risque d’ouverture d’esprit sur le monde réel […] ». Mise en page chaotique, illustrations en tout genre, narration débridée, l’ensemble donne a priori une impression de grand désordre à laquelle il convient de ne pas céder puisque l’ambition d’Aurélia est bien de nous emmener dans son monde, rempli d’imagination, de fantaisie et d’amour de la vie.

Un livre tout à fait à part, réjouissant et « fortement déconseillé aux personnes qui ne savent pas prendre leur temps » déjà présenté dans le Randonneur n° 69 de janvier 2019.


Joshua CUNNINGHAM

Un globe-trotter à vélo.

264 pages, 25 €, Gallimard.

Quasiment chaque année, l’édition consacrée au voyage à vélo nous offre ce qu’il est convenu d’appeler un beau livre. Beau par sa taille, ses photos, la qualité du papier, ce qui ne signifie pas automatiquement bon livre par sa valeur littéraire ou narrative.

Le récit de Joshua présenté ici appartient à la catégorie plus rare des beaux livres bien écrits qui apportent à leur lectorat informations sérieuses sur le voyage, sur les pays traversés, sur le quotidien du voyageur cycliste, le tout agrémenté de photos superbes et bien mises en valeur par la maquette aérée et originale de l’ouvrage.

Déjà présenté dans le Randonneur n° 68 de septembre 2018, ce « trois en un » mérite une place de choix dans la bibliothèque de tout amateur de voyage en général, à vélo en particulier.

Un globe-trotter à vélo

Bicyclettres

Jean-Acier DANÈS

Bicyclettres.

224 pages, 17 €, Éditions du Seuil.

Pendant deux ans, Jean-Acier Danès, alors âgé de dix-huit ans est parti à la rencontre des écrivains qu’il affectionne, « pour l’humanité indélébile dont ils ont fait preuve ». Lieux de vie, d’écriture et de sépulture de Paul Valéry, Victor Hugo, Jules Verne – pour n’en citer que quelques-uns – n’auront bientôt plus de secret pour lui et pour Causette, sa bicyclette dont le nom n’a sûrement pas été choisi au hasard !

Lors de ces rencontres d’un instant ou de quelques jours, l’auteur va découvrir également ce qu’est le voyage à vélo, « les petits détails qui font une joie grandiose », la liberté de voyager à bicyclette, les mystères de la route de nuit mais aussi l’ennui de longues plaines désespérément plates, l’omniprésence des voitures dans les « années autoroute », le départ chaque matin.

À travers sa déambulation littéraire, Jean-Acier nous propose une géographie de la France des plus originales, en « suivant les lignes noires des livres » qu’il aime.


Marc JUNCKER

Histoires de voyage.

232 pages, 18,90 €, St Honoré éditions.

L’auteur nous livre une série d’anecdotes sur le voyage, la plupart vécues sur l’Eurovélo 6 entre Nantes et Mulhouse, tronçon qu’il se plaît à parcourir de manière très régulière. Il nous les livre avec humour et ironie, alternant de belles observations sur le quotidien du cyclo-campeur, les rencontres journalières, le bivouac et les autres usagers de la route dont ces « aventuriers des temps modernes », camping-caristes envahisseurs, trop souvent peu respectueux des règles élémentaires de la vie en société.

Le lecteur ne partagera pas forcément les vues de Marc Juncker sur la société actuelle mais son « récit d’aventures » conduira au moins à y réfléchir. Ce témoignage montre également que pour faire un beau voyage, il est inutile de partir vers de lointaines contrées exotiques et de chercher à tout prix le dépaysement.

Histoires de voyage

La bibliothèque du Randonneur

Logo bibliothèque

Dans la bibliothèque du Randonneur n° 69 de janvier 2019, vous pourrez découvrir :


        • Aurélie BRIVET, Anecdotes plein les sacoches ; à la fois récit et carnet de voyage, une déambulation imaginative et humoristique vers l’Islande, un ouvrage dans lequel Aurélia nous montre toute sa créativité, et sa joie de vivre une si belle aventure.

        • Franck MICHEL, Pédale douce ; sous-titré « Ode au vélo et à la lenteur », ce petit livre nous invite à réfléchir sur les vertus de la bicyclette, sur l’autonomie et sur le sens à donner à sa vie, sens indiqué naturellement par son deux-roues préféré !

        • Gérard DE SMAELE, Du vélocipède à la bicyclette dans les livres et revues de 1817 à 1939 ; une histoire de la bicyclette à travers iconographie et publications de l’époque, un musée imaginaire, technologique et humain, montrant l’incroyable évolution qui a conduit à la machine que nous connaissons de nos jours.

        • Ken AVIDOR, Bicyclopolis ; une bande dessinée hors norme qui transporte, grâce au vélochronitron, le lecteur vers un monde de chaos et de guerre dans lequel la cité utopique de Bicyclopolis apparaît comme un ultime salut, avec l’aide précieuse et irremplaçable du vélo.


Vous voulez en savoir plus ?
Abonnez-vous et découvrez les chroniques complètes de ces livres
et beaucoup d’autres choses dans les pages du Randonneur.

 

Jean-Yves MOUNIER

Jacques Faizant aurait 100 ans

Jacques Faizant roule en tête

 

Dans le numéro 68 du Randonneur, Raymond Henry et Paul Fabre rendent un hommage appuyé à Jacques Faizant, véritable ambassadeur du cyclotourisme, qui aurait eu 100 ans le 30 octobre de cette année.
Chacun à leur manière, ils évoquent les deux romans les plus étroitement liés à notre pratique : Albina et la bicyclette (1968) et Albina roule en tête (1977). Ces deux ouvrages désormais mythiques ne sont malheureusement plus édités mais on peut les retrouver facilement dans le volume 2 des Œuvres romanesques (1997) publiés chez Denoël.
De plus, les relations entre le dessinateur et la petite reine fait l’objet d’un chapitre entier, Tous en selle, dans le très bel et complet ouvrage Jacques Faizant dessinateur de légendes paru en 1996 chez JC Lattès et toujours disponible.
Deux occasions d’en savoir plus sur ce personnage hors normes.

 

Œuvres complètes II – Jacques Faizant
1997 – 648 pages – 30,90 €

Jacques Faizant dessinateur de légendes – Olivier Raynaud et Pierre Pellisier
1996 – 272 pages – 38,70 €

 

Jean-Yves MOUNIER

La bibliothèque du Randonneur

Logo bibliothèque

Dans la bibliothèque du Randonneur n° 68 de septembre 2018, vous pourrez découvrir :

 

        • Olivier PEYRE, En route avec Aile ; sept ans autour du monde en réduisant au maximum son empreinte carbone, vélo, voilier-stop et parapente pour la découverte de coins de la planète à travers les trois éléments, Terre, Eau et Air.

        • Monsieur IOU, Le tour de Belgique de Monsieur Iou ; une bande dessinée très originale pour partir sur les routes d’un pays méconnu, la Belgique. Humour, fantaisie et auto-dérision au rendez-vous de ce récit graphique.

        • Joshua CUNNINGHAM, Un globe-trotter à velo ; ce qu’il est convenu d’appeler un beau livre, entre récit de voyage, guide technique et album de photos, une approche différente du cyclisme d’aventure.

        • Christophe SALAÜN, Éloge de la roue libre ; quand un philosophe amateur de bicyclette énonce les vertus de celle-ci, l’amateur de bicyclette qui le lit ressent tout de suite les rapports de la machine avec la philosophie


Vous voulez en savoir plus ?
Abonnez-vous et découvrez les chroniques complètes de ces livres
et beaucoup d’autres choses dans les pages du Randonneur.

 

Jean-Yves MOUNIER

Paul Fabre et Gilbert Jaccon publient

Vadrouilles en vers et en images

Vadrouilles
en vers et en images

de Paul Fabre et Gilbert Jaccon

 

La vadrouille de Paul est petite, en vers et assonances, celle de Gilbert est grande, en noir et blanc. Pour célébrer leur dixième édition commune, les deux Amis partent de conserve, non sur les routes de France et de Navarre si souvent parcourues avec leurs randonneuses, mais sur celles de la poésie, chacun avec son moyen d’expression favori, la langue française pour Eddius, la photographie pour Le Paralytique.
Dans ce petit recueil, texte et photo se font face, sans rapport direct, l’idée n’est pas d’illustrer le propos mais de transporter le lecteur vers un ailleurs synonyme d’évasion et de fantaisie. Cerise sur le gâteau, deux textes sont même consacrées à la bicyclette…

 

Vadrouilles en vers et en images
2018 – 104 pages – 21 € + frais de port
Disponible sur Lulu.com

S’il a raccroché sa bicyclette, Paul Fabre continue à explorer les beautés de la langue française et, avec l’aide de Gilbert, publie régulièrement des recueils de poèmes à découvrir sur le site de Gilbert Jaccon.

Jean-Yves MOUNIER

La bibliothèque du Randonneur

Logo bibliothèque

Dans la bibliothèque du Randonneur n° 67 d’avril 2018, vous pourrez découvrir :

 


Vous voulez en savoir plus ?
Abonnez-vous et découvrez les chroniques complètes de ces livres
et beaucoup d’autres choses dans les pages du Randonneur.

 

Jean-Yves MOUNIER

Félix publie

Heffe

Félix publie

Ma copine la Mort

 

Depuis de nombreuses années, Felix régale les lecteurs du Randonneur avec ses dessins à l’humour corrosif mais toujours tendres pour les touristes à bicyclette qu’il croque dans toutes sortes de situations finement observées in situ. Il est également l’auteur de plusieurs couvertures de notre revue préférée sur lesquelles il a pu exprimer « en grand » tout son talent.
Mais saviez-vous que Félix, c’est aussi Michel Deligne ou encore Heffe, pseudonyme qu’il utilise pour animer son blog qui traite, via le dessin, de l’actualité et des grands sujets de société actuels.
Pour la première fois, Heffe publie un livre de dessins dont le sujet, la Mort, lui permet d’exprimer tout son humour, humour noir autant qu’anglais. Dans cet ouvrage dédié à Janis Joplin, Michel met en scène la « Grande Faucheuse » portant une cape en toile de jute et une faucille, ankou moderne venant à la rencontre de ses futures victimes.
Le choix du thème peut surprendre mais il serait dommage de passer à côté de ces dessins qui, via leur causticité et leur absurdité, mettent à distance l’inévitable issue…

 

Ma copine la Mort
2018 – 48 pages – 9 €
Éditions Goater

Jean-Yves MOUNIER

Le Randonneur